archives
Mois de Mai 2019
Dés la tombée de la nuit un tut ! tut ! retentit sans discontinuer. Ce sont les mâles des crapauds accoucheurs (Alytes obstetricans) qui signalent leur présence aux femelles. Bientôt celles-ci les rejoignent et l’on peut alors assister à leur accouplement. L’amplexus est terrestre, le mâle monte sur la femelle et tandis que celle-ci pond ses œufs il les féconde. A l’aide de ses pattes postérieures il récupère les œufs et les place sur son dos. C’est lui qui en prendra soin jusqu’à leur éclosion en les humidifiant régulièrement dans les petites flaques ou les mares voisines. On peut ainsi les observer tous les soirs, sortant de leur cachette diurne, promenant leur charge sur leur dos.
Mois d'Avril 2019
La Cistude d’Europe (Emys orbicularis) est l’une des deux espèces de tortues aquatiques sauvages en France. Bien représentée dans le Gers, elle met à profit les journées ensoleillées en ce début du mois d’Avril pour réguler sa température. La tortue s’oriente différemment en fonction de l’exposition solaire afin d’atteindre sa température corporelle idéale : 26°C. La Cistude affectionne particulièrement les troncs d’arbres tombés dans l’eau sur lesquels elle grimpe pour s’insoler. Ici une femelle identifiable par son oeil couleur jaune alors que celui du mâle est rouge orangé.
Mois de Mars 2019
Le mois de mars est souvent synonyme du retour des beaux jours. D’autre part 2 faits marquants se produisent chez les cervidés. Les cerfs perdent leurs bois d’autant plus précocement qu’ils sont plus âgés tandis que les chevreuils achèvent la croissance des leurs. C’est donc une période pendant laquelle je vais souvent en forêt avec l’espoir, soit de trouver une mue, soit de photographier un chevreuil en train de dépouiller.
C'est ainsi qu'au cours de l'une de mes billebaudes j'ai photographié ce brocard. Son bois droit est complètement dépouillé alors que le gauche porte encore un peu de velours à son extrémité. Le velours est une peau richement vascularisée qui permet la croissance des bois. Lorsque la pousse est achevée cette peau meurt, se dessèche et tombe laissant apparaître des bois très clairs. La coloration vient plus tard, due aux frottements sur la végétation et à l'oxydation de la sève ou de la résine.

Mois de Février 2019
Les mulots sylvestres profitent très souvent des vieux bâtiments inoccupés. Ils y trouvent un abri confortable contre les rigueurs de l’hiver et souvent de la nourriture. Je profite des journées hivernales, grises ou pluvieuses, pour les photographier. Je monte un décor, je leur fournis quelques friandises et je ressors la barrière infrarouge de son carton. Après de nombreux essais et réglages le piège photographique est prêt. Les résultats sont souvent surprenants mais c’est toujours avec une impatience certaine que je vais vérifier la carte mémoire le lendemain matin.
Mois de Janvier 2019
Les Grues cendrées sont maintenant bien installées pour leur hivernage. Tous les soirs, peu de temps avant que le soleil ne commence à enflammer l’horizon, les oiseaux arrivent par petits groupes pour passer la nuit dans la lagune. La faible profondeur de l’eau leur permet de se poser et de passer la nuit les pieds dans l’eau afin de se protéger des prédateurs car malgré leur grande taille elles ne sont pas à l’abri des renards ou des sangliers. Au lever du jour elles quittent progressivement leur dortoir nocturne pour aller se nourrir dans les champs voisins. On peut alors assister à leur départ qui s’effectue en une succession d’envols, par bandes formées de quelques unités. Souvent les oiseaux qui viennent de s’envoler font 2 ou 3 tours au-dessus de la lagune en survolant à quelques mètres leurs congénères restés au sol, comme pour leur signifier qu’il est l’heure de se réveiller ! Le tout est accompagné par un concert impressionnant de claquètements car les grues n’arrêtent pas de s’appeler et de se répondre. C’est un très beau spectacle qui dure quelques dizaines de minutes. La lagune retrouve alors son calme jusqu’au prochain crépuscule.
Mois de Décembre 2018
Le premier coup de froid, même léger, ramène tous les ans les oiseaux migrateurs autour de la maison. Dans les premiers arrivés se trouvent les Gros-becs toujours fidèles depuis plusieurs années. Si l’hiver gersois n’est pas trop rigoureux, ils resteront par là jusqu’au début du mois de février. J’aime beaucoup les observer et je trouve que c’est vraiment un bel oiseau !
Mois de Novembre 2018
Dés les premiers jours de Novembre, parfois même un peu avant, le ciel se met à crier. Pas de panique il ne va pas nous tomber sur la tête, ce sont tout simplement, les premiers vols de grues cendrées qui passent. De jour comme de nuit leur passage ne passe pas inaperçu ! Ces vols peuvent être composés de dizaines à plusieurs centaines d’individus et sont toujours en formation classique en V. Quand on a la chance de les observer un certain temps on peut voir les oiseaux se relayer en tête, à tour de rôle, dans un ordre qui paraît immuable. Leurs cris s’entendent à plusieurs centaines de mètres et me font toujours lever la tête. Même si l’arrivée des grues annonce souvent un refroidissement des températures et le début de l’hiver, c’est toujours un grand bonheur de les entendre. J’ai la chance d’avoir à proximité de la maison 2 ou 3 sites où les grues passent tout l’hiver, ce qui me permet de faire également des photos au reposoir. Cela est tout à fait différent mais c’est une histoire que je vous conterai une autre fois.
Mois d'Octobre 2018
Si les combats sont relativement rares, les démonstrations de force et les joutes verbales le sont beaucoup moins. Témoins ces deux cerfs qui ont paradé plus de une heure devant l'affût, roulant des épaules et bramant à tue-tête sans jamais s'affronter directement. Quel spectacle ! Par moment ils se couchaient à trente mètres l'un de l'autre semblant s'ignorer puis se relevaient ensemble pour se défier à nouveau. Pour finir c'est celui au second plan sur le cliché qui a renoncé en partant doucement vers une autre vallée.
Mois de Septembre 2018
Dés les premiers jours du mois de Septembre les grands cerfs que l'on aperçoit que très rarement le reste de l'année sont de retour. Ils arpentent les places de brame à la recherche d'éventuelles biches en chaleur. En ce 2 Septembre j'étais venu en début d'après midi préparer mon chemin d'accès menant jusqu'au sapin sous lequel je monte mon affût. Après une heure passée à couper les fougères, à balayer la petite sente et à nettoyer le pied de l'arbre je décidai de m'installer à l'affût pour me mettre dans l'ambiance des six semaines à venir et profiter pleinement de la fin de cette belle journée ensoleillée... Après une bonne heure de rêverie le bruit d'une brindille cassée me sorti de mes pensées et j'étais fin prêt lorsque ce grand cerf à traversé tranquillement la clairière. Inutile de vous décrire ma joie et mon bonheur !
L'utilisation et la reproduction, même partielle, des textes et des photographies de ce site est strictement interdite, sur tous supports, sans l'autorisation écrite de l'auteur.
Sommaire du site / Mentions légales / Hébergement OVH.com / Copyright : Christophe FLORIN 2018.